Metal Monkey !

Les bourguiyozas !

Cela faisait un moment que je souhaitais préparer un pâté en croute, et j’ai tenté le coup en fin de semaine, si le résultat est un échec à peu près total, j’en ai profité pour tester une fusion que j’avais en tête depuis longtemps, les “Bourguiyozas”…. et ça, ça a marché du tonnerre. Petit compte rendu.

1/ le pâté en croute 😔

Depuis un petit mois, j’ai consulté de multiples recettes de pâté en croûte. Ayant oublié d’ajouter certains ingrédients à la liste des courses (en particulier le vin blanc), je me suis adapté à la dernière minute pour une recette qui, je l’espérait, allait tenir la route… et qui en fait, aurait dû.

La marinade

  • 30cl de vin rouge
  • 600g de porc
  • 300g de veau
  • une carotte
  • un oignon
  • deux échalottes
  • sel, poivre, thym…

La pâte

  • 250g de farine de châtaignes
  • 750g de farine de blé
  • 250g de beurre (j’ai voulu faire plus léger)
  • quatre œufs
  • sel, poivre, eau…

La veille au soir, j’ai coupé, j’ai préparé ma marinade en éminçant la carotte, l’oignon et les échalottes. Je les ai plongés dans le vin, ai ajouté les herbes, salé et poivré. Puis j’y ai mélanger ma viande, coupée en lanières. Après une nuit à mariner, j’ai haché ma viande au couteau (forcément, c’est moins fin qu’avec un hachoir), y ai ajouté 2 œufs et un peu d’assaisonnement. C’est là que j’ai décidé de garder la marinade avec les légumes qui y baignaient, pour une autre recette à laquelle je réfléchissait depuis longtemps !
J’ai préparé ma pâte, et là, gros soucis, j’ai mis trop d’eau ! Ma pâte était bien trop gluante, j’ai remis un peu de farine, mais pas trop, j’ai fini par décider de tapisser mon moule, en me disant que j’allais allonger la cuisson, pour assécher.

L’échec en croûte !

Soyons clair, le résultat n’était pas terrible. 😞 Le pâté était cassant, la pâte un trop cuite et surtout trop épaisse, je referais un test, mais en petite dose dans un ramequin, c’est vrai que ce n’est pas malin de tester une recette pour la première fois, avec les mauvais ingrédient, le mauvais matériel et les mauvaise proportion… en grande quantité ! 😅
Cependant, avant de hacher ma viande, j’ai attaqué… [world premiere ?]

2/ les “bourguiyozas” 🤤🥟

J’ai placé ma marinade avec environ 400g de viande gîte de bœuf qui était dans mon congélateur depuis 3 semaines. Je n’ai même pas décongelé la viande (je l’avais coupée en dés avant de la congeler). J’ai mis en cuisson très lente 🥘, avec une peu de thym, de beurre et un cube de bouillon de bœuf. Après 4 heures de cuisson à couvert, la viande s’effilochait à la fourchette, tout le liquide avait réduit, exactement ce que je recherchais ! J’ai donc mis cela de côté, au frais, pour le lendemain… un bœuf bourguignon est encore meilleur le lendemain 😉 !

Nous voilà donc samedi, (le jour de mon anniversaire !), je prépare la pâte pour les gyozas:

  • 260g de farine de blé
  • 120ml d’eau chaude
  • un peu de sel

Je la laisse reposer une 20aine de minutes au frais, pendant j’effiloche la viande de mon bœuf bourguignon réduit à l’aide de deux fourchettes. Je réalise ensuite mes raviolis, suivant la technique de la chaîne “Chez Mama Ly” – à 4:45.

Je n’ai pas son coup de main, mais je ne trouve pas le résultat trop catastrophique ! J’ai pu faire 32 “bourguiyozas”. J’ai lancé la cuisson et servit rapidement ! Et cela a été un franc succès que je compte bien renouveler !


La présentation sous forme de gyozas permet d’avoir le bon goût du bœuf bourguignon, dans des bouchée apéritive que l’on mange avec les doigts. Le fait de l’avoir réduit permet de ne pas s’en mettre partout. De plus, on a un petit coté croustillant sur une face, bref, c’est super. Les enfants aussi se sont régalé, il a fallut compter combien chacun pourrait en avoir ! En même temps, ils adorent les gyozas et le bœuf bourguignon… donc la fusion des deux, ça devait forcément marcher ! 🤤🥇👍